Le collectif La Glacière, composé de Muriel Joya, Audrey Martin et Thomas Rochon, a vu le jour en 2012. Ce groupe de travail a d’abord été pensé pour générer de l’échange avec d’autres jeunes artistes et proposer des rencontres. Le projet de départ s’articulait autour d’un dispositif léger et nomade de « résidences » et d’un outil de diffusion venant accompagner et nourrir la réflexion : le journal de la Glacière.
Après deux résidences, deux journaux et deux expositions, nous avons décidé de développer une pratique commune entre les membres du collectif. Ainsi depuis 2013, nous travaillons en duo, en trio, regroupant nos compétences pour mener des projets qui multiplient les regards et viennent alimenter nos pratiques individuelles. Le collectif est notre laboratoire, notre processus.
C’est un engrenage exponentiel que nous fabriquons au grès de nos échanges et que seul un espace fini ou un délai peut fixer . Nos questionnements respectifs ou collectifs sont remis en jeu à chaque fois. Nos pratiques interrogent tour à tour l’image, la représentation, l’inscription du travail dans un espace et une durée, la réactivation des œuvres.